La biographie de Taö Porchon-Lynch

Taö Porchon-Lynch est née le 13 août 1018. Enfant prématuré, elle a vu le jour sur un bateau du Canal Anglais avec deux mois d’avance. Elle est de mère Indienne et de père Français, mais comme sa mère est morte en la mettant au monde, c’est son oncle et sa tante qui l’ont élevée. Dans le cadre de son travail, son oncle faisait de fréquents voyages et l’emmenait souvent avec lui. C’est peut-être pour cette raison qu’elle est si aventureuse et dynamique, avec l’esprit très ouvert. Elle a une vie bien remplie. Multicasquette, on peut la voir en vêtements de yoga, dans des tailleurs de working girl ou dans des sémillantes tenues de dance.
Taö Porchon-Lynch est née le 13 août 1018. Enfant prématuré, elle a vu le jour sur un bateau du Canal Anglais avec deux mois d’avance. Elle est de mère Indienne et de père Français, mais comme sa mère est morte en la mettant au monde, c’est son oncle et sa tante qui l’ont élevée. Dans le cadre de son travail, son oncle faisait de fréquents voyages et l’emmenait souvent avec lui. C’est peut-être pour cette raison qu’elle est si aventureuse et dynamique, avec l’esprit très ouvert. Elle a une vie bien remplie. Multicasquette, on peut la voir en vêtements de yoga, dans des tailleurs de working girl ou dans des sémillantes tenues de dance.

Le parcours professionnel de Taö Porchon-Lynch

En 80 ans de vie active, Taö est passée par divers emplois. Au début de sa carrière, elle travaillait dans l’industrie de la mode en tant que top model. Comme se doute bien, elle n’est pas du genre à faire les choses à moitié, elle était une des meilleures en son temps. Ses nombreuses récompenses en témoignent, pour ne citer par exemple que le titre des « plus belles jambes d’Europe ». Elle a posé dans les plus grandes capitales de la mode, y compris à Paris.

Durant la Deuxième Guerre mondiale, elle travaillait dans les cabarets de Londres. Sous l’égide de Noël Coward, elle illumine les nuits londoniennes.

À la fin de la guerre, Taö quitte le vieux continent pour être actrice. Perfectionniste comme elle est, elle travaille avec les plus grandes maisons de productions. Nous pouvons citer le Metro-Goldwyn-Mayer. Elle apparait dans plusieurs films hollywoodiens comme Show Boat en 1951 ou The Last Time I Saw Paris en 1954. Elle a donc déjà tourné avec les plus grandes stars comme Elizabeth Taylor et Kathryn Grayson. Récemment encore, elle a joué dans un documentaire intitulé If You’re Not In The Obit, Eat Breakfeast. Ce dernier a même reçu un prix en 2017.

Taö Porchon-Lynch et le yoga

Taö commence à s’intéresser au yoga à l’âge de huit ans. C’est de regarder un groupe de yogi qui faisait des exercices sur la plage qui a attiré son attention en premier lieu. À cette époque, le yoga était surtout le domaine des hommes, mais allant contre toutes les objections de sa tante, elle commence aussi à pratiquer.

Taö Porchon-Lynch a appris le yoga avec les grands maitres yogis Sri Aurobindo et Indra Devi. Comptent aussi parmi ses professeurs B.K.S. Iyengar, K. Pattabhi Jois, Swami Prabhavananda, Maharishi Mahesh Yogi et Roman Ostoja.

C’est durant sa carrière d’actrice que Taö commence en parallèle à donner des cours de yoga à ses collègues du septième art. Laissant derrière elle le monde du cinéma, elle adopte les vêtements de yoga et se consacre à ce sport à partir de 1967. Ses premiers élèves ont été des célébrités telles que Debbie Reynolds ou Jack Lalanne.

En tant que yogi professionnel, Taö fonde plusieurs organisations avec d’autres de ses collègues. Elle a co-créé le Yoga Teachers Alliance en 1976 qui est devenu plus tard le Yoga Teacher Association. Six années plus tard à New York, elle bâtit le Westchester Institute of Yoga.

Taö Porchon-Lynch partage sa passion de diverses manières. Outre les cours de yoga qu’elle donne, elle a aussi écrit deux livres. « Dancing Light: The Spiritual Side of Being Through the Eyes of a Modern Yoga Master » est primé d’un IPPY Award et de trois autres récompenses internationales. Son autre livre s’intitule Reflections: The Yogic Journey of Life et il traite de la méditation.

Taö Porchon-Lynch en dehors du yoga

À part le yoga, Taö Porchon-Lynch a plusieurs autres occupations. Autodidacte, elle devient danseuse de salon professionnel qui se démarque dans les compétitions, notamment en tango. En danse de salon, elle possède des centaines de titres et a gagné plusieurs fois la première place. Comme tout le monde n’a pas sa vitalité et sa force, la plupart de ses partenaires sont souvent plus jeunes. Il y a Anton Bilozorov ou encore Hayk Balasanyan.

Sans être sous les feux de la rampe, Taö est aussi une grande amatrice de vin. Elle a même assisté son époux Bill Lynch dans la fondation de l’American Wine Society ou AWS en 1967. Se développant rapidement, la société voit plusieurs s’étendre ses succursales partout aux USA. En 1970, elle devient vice-présidente de l’AWS de New York. Ses connaissances en œnologie ont fait d’elle, à plusieurs reprises, une juge dans diverses compétitions de vins. Elle a aussi été l’éditrice en chef du magazine vinicole The Beverage Communicator d’AWS. Avec ses élèves et collègues de yoga, elle organise des voyages annuels dédiés au vin en France.

Taö Porchon-Lynch est une végétarienne convaincue. Elle s’est mariée en 1962 avec Bill Lynch, un agent d’assurance de son état, qui meurt 20 ans plus tard. Le couple n’a pas eu le bonheur d’avoir des enfants. Pour Taö, tous ses élèves sont ses enfants.

Ancien top model, même à l’âge où les autres sont en pantoufles, Taö Porchon-Lynch est toujours très à son aise en talons hauts. Elle est toujours une fashion victim qui ne supporte pas le laisser aller. Toujours impeccablement maquillée, qu’elle porte une brassière de yoga ou un costume de dance, elle a toujours beaucoup d’allure.

Auteur: pierre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *